Insta, Tik Tok, Viméo… & YouTube

C’est une question qui revient en permanence depuis que nous avons lancé l’idée de ces rencontres, et notamment le «répertoire» d’abord centré sur la belle et forte éclosion de tant de chaînes YouTube.

Mais les supports changent en permanence, et agissent sur les formes et contenus eux-mêmes. Les usages aussi se déplacent, et ce n’est pas seulement (ça l’est aussi) un problème générationnel.

Les fonctions réseau sont organiquement liées aux mises en ligne sur YouTube, que Google (maison mère de YouTube) archive comme contenus selon des algorithmes complexes, moins basés sur les mots-clés associés qu’aux lectures des usagers. Les séries sur Instagram accueillent des contenus textuels, qui ne sont pas limités à la vidéo, mais les décideurs d’Instagram insistent pour y privilégier la vidéo : et les séries s’évaporent sans reste.

Pour ma part, très curieux des publics complémentaires, Insta et YouTube, pour mes vidéos 1 minute : on regarde pareil ? Je sais bien comment, pour avoir des nouvelles de mes ancien.ne.s étudiant.e.s, c’est les séries Insta que je suis, et pas FB…

J’ai supprimé mon compte Tik Tok où les mêmes vidéos brèves avaient pourtant autant de vues que sur YT et Insta cumulées : et pourtant les mêmes étudiant.e.s y sont tout aussi curieux de contenus à valeur culturelle ou esthétique forts (ou pas ?).

La notion de partage qui nous est si importante d’une chaîne YT à l’autre s’exprime-t-elle de même façon lorsque des vidéos sont hébergées sur Vimeo, ou les outils de confidentialité sont bien plus échelonnés, et la compression moindre, mais les fonctions de partage (elles existent) bien moins actives?

Il y a certainement discussion parallèle à mener sur la «plateformisation» des podcasts, depuis SoundCloud jusqu’aux outils comme le «anchor» de Spotify, ou notre usage de YT comme vidéopodcast, et ce que ces choix induisent sur formes et contenus, mixage et montage, position d’énonciation.

Je ne veux pas ici interpréter, mais qu’on ouvre le débat, un débat qui nous accompagnera jusqu’à mai.

Pour lancer la discussion (je suppose que vous êtes abonné à sa chaîne ?!), une vidéo ce 18 janvier, depuis Rabat, signée Lamia Gormit (alias Lamya Ygarmaten, ou sur FB et Insta Ya Lam) :

Commentaires ci-dessous ouverts, autres interventions vidéo bienvenues…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*